06/01/2017

5.3.1 Analyses - Georges Blond (historien français) à propos de la "Grande Armée" et de la propagande officielle

Georges Blond, La Grande Armée, 1804-1815, éd. Laffont

(p.13) Pouvait-on voir ces hommes de près, au-delà de la légende à laquelle même les survivants ont collaboré?

 

J'ai tenté de les approcher ainsi et ce n'était pas facile. L'histoire rédigée d’après les documents officiels - dont le Bulletin de la Grande Armée, qui a enflammé les imaginations romantiques - nous savons ce qu'elle vaut. Des révélations passionnantes sont mêlées à  de froids mensonges ou à d'habiles approximations dans tous les souvenirs et Mémoires de grands personnages militaires ou civils, parce qu'il faut bien, à un moment ou l’autre, briller ou faire oublier une faiblesse, une erreur ou un crime.  Même les témoignages des humbles ne peuvent être recueillis sans examen. Tous ont été rédigés après coup, souvent longtemps après, la mémoire et la sensibilité font un choix, et aussi les gens modestes aiment dramatiser. Souvent aussi, ils désirent se faire valoir, pourquoi pas. Il est une vérité qu'on ne saurait honnêtement cacher au public:

l’exploitation de plusieurs tonnes de documents, le recoupement d'un million de témoignages, ne peuvent assurer d'une vérité absolue. L'Histoire mathématiquement exacte n'existe pas.

 

01:21 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.