18/12/2016

5.3.3.2 Réactions contre le fanatisme napoléonien dans certaines 'compagnies' de marcheurs en Entre-Sambre-et-Meuse (chose inconnue ailleurs en Belgique et dans 7 autres pays d'Europe)

Philippe Maudoux,  in: Le Marcheur de l’Entre-Sambre-et-Meuse, 140, 1996, p.7

NOIR-JAUNE-ROUGE (Suite)

 

Noir, jaune, rouge. Comme elles sont belles nos trois couleurs !

Habitant Mettet pendant 25 ans, avant la guerre, je n'avais jamais marché. Après ma captivité, je me suis mis à marcher à Morialmé, villa­ge de la fille que je venais d'épouser. Sous quel uniforme ? Celui des gre­nadiers belges, du régiment formé en 1837 par le Roi Léopold 1er, à l'excep­tion du sabre.

En 1970, je suis allé visiter le musée de l'armée au Cinquantenaire. Le bonnet de police, de corvée, des gre­nadiers d'avant 1914 avait la forme d'une toque du même modèle que celui des soldats allemands, de la même époque mais d'une couleur différente.

Avec d'autres camarades de Marche, nous avons conçu un bonnet de poli­ce, réplique de celui des soldats belges d'avant 1940. Celui-ci était différent de ceux des Français, Anglais, Yougoslaves, Russes ou Polonais qui se trouvaient avec nous, en Allemagne, à cause de son «pom­pon» (ou floche comme disaient les Français).

Nous n'avons pas retenu le drap kaki mai bien le bleu comme celui de la tunique. Il remplace avantageuse­ment les coiffures hétéroclites en vogue autrefois. Il est adopté par une majorité de Marcheurs le lundi. A Morialmé et dans d'autres com­munes, il n'est pas question du pre­mier ni du second empires et nos drapeaux ne sont pas français. Les uniformes portés dans d'autres Marches ne me déplaisent pas. Les (p.s) broderies sont attrayantes, les coiffures empanachées sont chatoyantes mais, comme vous le dites, notre armée a suffisamment d’uniformes flatteurs qui ne le cèdent en rien aux uniformes étrangers. (…)

 

 

 

17:10 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.