18/12/2016

5.3.3.2 Réactions contre le fanatisme napoléonien dans certaines 'compagnies' de marcheurs en Entre-Sambre-et-Meuse (chose inconnue ailleurs en Belgique et dans 7 autres pays d'Europe)

R. Bruyer (Limal), Eloges de la violence, Le Vif 16/06/2006

 

Depuis les dramatiques inci­dents de Bruxelles et An­vers, il est de bon ton de souligner le rôle néfaste de « toute cette violence gratuite » que l'on voit sur le petit comme sur le grand écran. Et pourtant! Dans la soirée du 24 mai, la Une nous a asséné Austerlitz, la victoire en chantant, un documentaire qui était une véri­table ode à Napoléon : cette bataille de 1805 (cette boucherie?) fut, pa­raît-il, la plus belle des batailles (une bataille peut-elle être belle?) remportées par ce dictateur, impos­teur, soi-disant auteur de notre Co­de civil et, surtout, probablement quelqu'un qui passerait aujour­d'hui devant un tribunal pénal in­ternational pour génocide et crimes contre l'humanité. Les stratèges militaires s'en régalent: ce serait un véritable modèle de l'art de la guer­re (comment une telle expression est-elle possible?), de la stratégie et de la tactique. Quelques jours plus tard, une (presque) pleine page du Soir relate le « succès » de la reconstitution de la bataille de Ramillies en Brabant wallon, en 1706.

Dans ces deux cas, il ne s'agissait aucunement de guerres pour libé­rer qui que ce soit : les princes qui nous gouvernent voulaient se piquer des territoires. Ecoutons donc calmement un couplet d'une célèbre chanson de John Lennon (je traduis) : « Suppose qu'il n'y a plus de pays (ce n'est pas difficile), personne à tuer ou pour qui cela vaudrait la peine de mourir, ni de religion, imagine tous les gens vi­vant leur vie en paix. » Vivement que soit passée la période des « marches militaires de l'Entre-Sambre-et-Meuse » et qu'on cesse de nous ennuyer avec le « site de la bataille de Waterloo » : il ne vaut guère mieux que la réputation du circuit de Francorchamps...

17:03 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.