18/12/2016

5.3.3.0 Parodies de l'époque napoléonienne: déguisement en Grenadier impérial lors du "cholage" (Vicq (Pas-de-Calais / France))

Véra Dupuis, Samuel Dhote, Jeux, fêtes et traditions dans le Nord et le Pas-de-Calais, éd. Ouest-France, s.d.

 

(p.47) choler avec des amis

 

Une fois par an, chaque mercredi des Cendres, les villages de Quarouble et de Vicq, dans le Valenciennois, s'adonnent au traditionnel jeu du cholage. Rues, places, trottoirs et caniveaux se transforment en un immense terrain de jeu. Quelques panneaux installés aux entrées des villages informent quand même les automobilistes que ce jour-là, la priorité est donnée aux « choleux ».

Il s'agit d'un jeu rude, réservé aux hommes sachant donner des bons coups de maillet, de 7 heures du matin jusqu'au soir, dans une boule en bois de buis (d'environ 10 centimètres de diamètre), appelée « la cholette ». La journée commence par le tirage au sort des équipes (trois joueurs par équipe) et surtout par un copieux petit déjeuner fait de côtes de porc et de fromage, qu'on prend par tradition à Quarouble au café Catrem, siège de la société « Les choleux quaroubains » et dans la salle des fêtes à Vicq. Ainsi réconfortés, le jeu peut commencer : un tonneau (la cible) est installé devant chaque café que compte la commune (sept à Quarouble, deux à Vicq). Les paris sont lancés : chaque équipe annonce le nombre de coups qu'elle espère nécessaires pour atteindre le tonneau qui se trouve à plus ou moins 200 mètres, en donnant un minimum de coups de marteau dans la cholette. Car le jeu est ainsi fait : on va toute la journée de café en café en pariant sur les coups nécessaires pour taper dans le tonneau suivant.

 

Si, par exemple, l'une parie qu'elle atteindra la cible en trois coups et l'autre en seulement deux, c'est elle qui commence. Une fois les deux coups de cholette donnés, sans réussir à toucher le tonneau, l'équipe adverse a le droit de taper à son tour dans la cholette, mais dans la direction opposée à la cible, et ainsi les paris peuvent recommencer. Chaque étape est ponctuée de haltes dans les cafés et les tournées bien « arrosées » sont offertes aussi bien aux vainqueurs qu'aux perdants. On comprend mieux maintenant pourquoi les femmes ne sont pas admises, non plus, au repas du soir, qui clôt la journée. Quelques petites différences de règles existent entre Quarouble et Vicq, les particuliers sont autorisés à déposer des tonneaux devant leur maison, pour faire durer le plaisir, et puis à Vicq on a gardé l'habitude de se déguiser pour jouer. Le thème du déguisement change d'année en année et c'est ainsi qu'on découvre les joueurs en mousquetaire, en Gaulois et Viking, en révolutionnaire et en grognard de l'armée napoléonienne.

 

 

19:24 Écrit par justitia & veritas | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.